Aller à l'accueil du site Cheissoux.fr

CHEISSOUX EN LIMOUSIN

Bilans des activités des associations

Vous êtes ici : Cheissoux.fr > Bilans des activités des associations

Bilans des activités des associations

Les associations de Cheissoux rendent compte de leurs activités.

Activité : LA COURSE DE CAISSES A SAVON DU COMITE DES FETES (31-07-2016)

La course de caisses a savon du comite des fetes

C'est la 2ème année que le Comité des Fêtes organise une course de caisses à savon dans la descente du Bourg. Le nombreux public et les participants ont encore pris en grand plaisir à cette manifestation.
Rendez-vous l'année prochaine pour la 3ème édition le dernier dimanche de juillet.

Activité : CHANTS D HIVER (21-12-2008)

Chants d hiver

chanter ensemble

80 personnes se sont retrouver pour chanter en anglais et en français des chants de Noël. Nous nous sommes retrouvés après le récital dans la salle polyvalente pour partager un vin chaud et des gateaux

Activité : RANDONNEE CONTEE (15-06-2008)

Randonnee contee

Dimanche 15 juin se déroulait la première randonnée contée organisée par l'association

Un temps agréable était au rendez-vous pour la première randonnée contée organisée par l'association « Par delà les frontières ». Sur les chemins de randonnée, 25 personnes ont, en marchant, découvert les paysages et le patrimoine de Cheissoux.

Entre Barabant et le Puy des Roches, en passant par Picharaud, nous avons fait plusieurs haltes. Christian Champaud, habitant de la Texonnière, passionné de l'histoire locale et des langues, nous a enthousiasmé en évoquant l'histoire des lieux et les origines des mots en plusieurs langues, en français, en anglais et en occitan. Par exemple, la Texonnière (en occitan la Taissuniera) viendrait du latin taxonaria qui signifie terrier de blaireau (blaireau : en latin taxo-taxonis, d'où l'occitan taisson, l'espagnol tejón, l'italien tasso). Des noms de lieu en occitan comme las chavadoiras (prononcez « las chavadoueyras »), qui désigne des endroits on l'on creuse, en occitan limousin chavar. Dans ce cas on creusait soit pour défricher (chavar la boija), soit pour recueillir les pierres (de granite en ce lieu).

Tout ceci nous rappelait les pratiques ancestrales de nos aieux : défrichements, utilisation de la pierre et du bois, irrigation, etc. Des mots d'origine celtique comme l'occitan gòrce (la haie), vernhe (l'aulne), le « couderc » (occitan coderc, espaces à l'origine communs autour des maisons) et d’autres nous montraient que la langue est vivante et se transforme au cours des siècles en étant soumise à plusieurs influences : celtiques, latines, germaniques, arabes, etc.

Notre itinéraire nous a conduit à la frontière de plusieurs communes, nous rappelant que les frontières sont à la fois des espaces qui nous séparent mais aussi qui nous relient, ainsi que l’importance de la marge, (en occitan la talvera, en dialecte limousin tauvera, célébrée par un poème de Joan Bodon) celle que l'on a tendance à réduire parce que potentiellement dangereuse, marge qui pourtant offre cet espace de liberté, de création et d'innovation.

C'est sur la terre que nous avons marché, c'est dans notre terroir que nous avons voyagé dans le temps et l'espace. C'est dans la terre que l'arbre s'enracine. C'est dans nos terroirs que nos langues se rejoignent et se distinguent.

Pour certains mots, nous avons des racines communes. Par la faculté de langage, nous avons des racines universelles.

La connaissance de l'origine des mots nous fait percevoir des similitudes mais aussi ce qui nous distingue, et nous permet de cultiver notre curiosité pour les autre cultures.

Sachons vivre ensemble en reconnaissant en tout homme, quelque soit son origine, ce qui est semblable et universel, en se réjouissant de tout ce qui nous distingue de l'autre, car l'autre n'est pas la copie de nous-mêmes, mais celui qui est source de découverte et d'enrichissement.